Big Data en France, un point d’étape en 2015.

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres.Il y a encore du chemin avant que les potentialités du Big Data ne deviennent des réalités opérantes pour les entreprises ou l’administration publique.

Nous n’abordons pas dans cet article les questions citoyennes que soulève Big Data, malgré l’importance de cet aspect, par souci de focus et concision de l’article.

A en juger à la teneur des nombreux ateliers et conférences lors du qui s’est tenu à Paris du 6 au 8 octobre 2015, force est d’admettre que les expériences Big Data en France en sont encore au balbutiement, au Proof of Concept (POC).

Des leçons utiles d’ores et déjà

Bien que l’échantillon des témoignages invités ne puisse être affirmé représentatif des entreprises françaises, certains POCs fournissent cependant déjà des leçons intéressantes, dont les professionnels du Big Data doivent s’emparer. Une première décantation s’opère sur les fonctions et spécialités à rassembler sous le Data Science, les méthodologies projet, le renforcement des logiciels et intégrateurs spécialisés pour réussir mais aussi sur des considérations éthiques autour du croisement Enterprise Data/Open Data et enfin des leçons sur les coûts des projets.

Un projet dans une grande banque française révèle que, in fine, les données nécessaires pour opérer des analyses prédictives inédites opérables par l’entreprise, à condition d’une approche statistique sérieuse, ne sont pas si « Big » que ça, et que les données entreprise s’avèrent souvent suffisamment riches.

Un autre POC réunissant une SSII et une enseigne de restauration rapide, a montré qu’en moins de 6 mois et 4 personnes, ils sont parvenus à produire des modèles d’analyses prédictives en ligne avec les objectifs fixés.

Sur un plan scientifique et ingéniérique, le rassemblement d’experts logiciels, de statisticiens, d’experts maison (métiers, people, process internes) et une bonne boite à outils logiciels sont nécessaires.

Sur un plan plus humain, le rassemblement de générations et de profils techniques et non techniques est un facteur majeur de réussite.

Attention, en Big Data, comme dans tout projet, les objectifs doivent être : précisés dès le départ, hiérarchisés, mesurables et ne pas (trop) varier.

Et la transformation numérique dans tout ça ?  ça va être un match formidable !

Il était frappant de mesurer, en écoutant les orateurs des nombreux ateliers et conférences au Salon, le gap qui existe entre le présent des participants et les thématiques dominantes de la transformation numérique.  

A écouter le témoignage d’entreprises clientes et de leurs fournisseurs en Business Intelligence, ERP, CRM, Dématérialisation, e-Achats, etc, on reste songeur tant le fossé avec les thématiques de la transformation numérique comme Social Media, Mobilité, Crowd-xxxing, InboundMarketing, ou économie horizontale semble béant.

Cette observation entre en résonnance avec celles de l’enquête remarquable sur la transformation numérique en France de Roland Berger et qui rendait compte de l’état d’avancement de la transformation numérique dans les entreprises françaises (, ).

Le Présent des projets est plus prosaïque que les promesses du Futur… Il est sage aussi de regarder ce gap sous le principe de réalité… Ca va être un match formidable !