La révolution numérique est aussi une révolution mentale interieure.

La révolution numérique permanente bouleverse nos sociétés,  et donc nos schémas mentaux, notre logiciel intérieur... Il faut à chacun bien prendre la mesure de ce qui change, qui vient perturber nos schémas mentaux, et investir créativement sa « révolution intérieure ».

L’organisation des métiers, des entreprises, de la production, de la distribution, l’organisation de la cité et bien d’autres choses sont chamboulées. Internet, Google, réseaux sociaux, cloud, géolocalisation et applis mobiles, objets connectés, robotique, 3D-Printing, Big Data, Big Brother et insécurité numérique, nous ramènent à 1492 et les projets fous d’un Gênois audacieux, ou à 1908, Ford et Taylor.

Des études de plus en plus nombreuses, dont , traitent de la révolution numérique, et tentent de mesurer les impacts sociaux, les disruptions en cours ou nécessaires. 

Pourtant, la réflexion est en retard pour l’humain individuel, singulier, celui qui participe à la révolution… ou pas. Comment rester en prise avec son époque ?

Dans ce court article nous n’allons pas régler toutes ces immenses questions. Mais au moins nous intéresser aux personnes. Oui la révolution numérique implique aussi une révolution intérieure des schémas mentaux, si on ne veut pas se retrouver éjecté de la carrière professionnelle ou voir son entreprise disparaitre.

Nous nous intéresserons à trois groupes de professionnels/entreprises. Il y a ceux qui vivent de la révolution numérique ou développent les nouveaux logiciels et services. Il y a ceux qui suivent ou veulent bien faire comme les autres, les fashionistas. Il y a enfin ceux qui ont tenté des choses, ou sont submergés, résistent, regardent ailleurs ou plongent la tête dans le sable. Pour toute personne, une réflexion pour soi est nécessaire, pour décider de sauter dans le train ou pas... 

Aux premiers, entrepreneurs et professionnels du High Tech, il faut enseigner une pédagogique patience, et utiliser leur énergie à convaincre la communauté non-High Tech plutôt que leurs alter ego ou leurs… concurrents ! Est-il plus efficace de participer à des évènements où viennent surtout les gens du sérail numérique ou vaut-il mieux aller à la rencontre des besoins, murissant hors du sérail. Pour schématiser, quels acteurs du secteur High Tech tiennent-ils un stand au Salon de l’Agriculture ? A contrario, développer une appli ou un service en binôme avec une ou plusieurs entreprises utilisatrices test, permettra de développer un meilleur produit, resserrer les liens, et ce faisant, faire la révolution mentale des uns et des autres. C'est le grand enjeu. 

Aux seconds, les Fashionistas, aider à recentrer les investissements numériques sur leurs besoins d’aujourd’hui et leurs projets de demain. Bien sûr, il faut avoir un site web et une page facebook/linkedin/viadeo lorsqu’on est une entreprise ou un professionnel… Mais il y aurait mieux : quels gisements de revenu incrémental, d’économies ou d’amélioration du support client pourrait-on espérer et comment s'y prendre ? Par exemple, comment mon métier commercial-chasseur est-il transformé? Autres exemples, bien utilisés, les outils numériques permettent d’améliorer les conditions de travail, réduire les temps de transports hebdomadaires, renforcer la cohésion sociale [Etude Cap Digital - Roland Berger]. Il y a des tas d'autres activités habituelles qui sont à reprendre à la lumière des nouvelles possibilités. Il vaut la peine d'explorer dans le détail…

Aux résistants enfin, il faut éduquer, démontrer que ce qui se passe est bien une révolution : réagencement des métiers, des process, des organisations, des modes de relations, irruptions de nouveaux métiers, révolution de l’organisation sociale, du contrat de travail… Il y a des risques, oui, et des opportunités aussi ! Montrer les nouvelles pratiques, les réussites, les gains à en retirer. Comment tirer profit pour l’entreprise, pour les personnes et l’emploi, plutôt que subir la révolution numérique et disparaitre ? Comment entrer dans le siècle plutôt qu’en sortir ?